Les mots ont une force, d’autant plus lorsque leur définition n’est pas fixe, et qu’une trop grande utilisation les a galvaudé. Il est est ainsi d’amour, dont l’idée est tellement séduisante qu’on s’efforce d’y croire sans même avoir commencé à imaginer ce qu’on entend par là.

On peut aimer quelqu’un d’autre, mais on dit aussi aimer le chocolat sans que l’implication soit la même. Cela rend les choses particulièrement complexes dans les relations d’aujourd’hui, à une ère d’individualisme ou se protéger soi-même semble le premier objectif, avant de songer à s’engager. Alors, la question peut se poser dans un couple de savoir à quel moment il faut avouer son amour, et lâcher enfin le mot en « A ».

Réponse : il ne faut pas avouer son amour!

Dans la mesure du possible, il vaut mieux éviter d’avoir recours au grand mot. Même si on le pense, même si on le veut. Ce n’est pas pour une question d’éviter la peur, ou de fuir. C’est simplement que, la plupart du temps, l’appréhension même de cet aveu en fera quelque chose d’assez particulier pour installer une sorte de pression au sein de la relation.
Dans les films ou les séries à la télévision, passer ce cap est, à l’instar d’une demande en mariage, une sorte de borne censée baliser l’histoire du couple et sur laquelle on reviendra plus tard, en refaisant l’histoire. Dans la réalité les choses sont différentes, parce qu’il n’y a pas de montage et que l’on ne vit pas qu’au travers des temps forts. Une relation est une course de fond, que l’on vit chaque jour, chaque minute.

Donc, au moment ou le mot en « A » sort, dans le couple, il ne doit pas être posé comme la raison en soi pour faire passer sa relation à un niveau supérieur. L’amour ne doit bien évidemment pas être banni, entre deux personnes ensemble. L’idéal est juste qu’au moment ou il arrive sur la table, il soit déjà une évidence, un sentiment dont on n’a pas peur, une chose que la proximité entre les être a déjà éprouvé au-delà des mots. Le terme d’amour, et le fait de se l’avouer, est à utiliser paradoxalement quand on n’en a pas besoin.

S’avouer ses sentiments peut soit effrayer un peu, si on le fait alors que l’autre ne l’attend pas, soit agacer si on ne le dit pas alors que l’autre y voit un signe de peur de l’engagement. Pour s’éviter le piège, il vaut mieux agir tous les jours comme un véritable amoureux, de sorte qu’une preuve par les mots devienne superflu.

Originally posted 2013-12-07 00:42:38.

 

Leave a reply